Lundi 16 Avril 1917                                               METOG (c)2006-2017 Eric TRIAU <@Contact>

Toute mémoire humaine est chargée de chagrins et de troubles.

10cents
WW1- Faits D'Armes
 
Alvin C. York

Alvin Cullum York
 (13/12/1887 -
   2/09/1964).
Ce natif du Tennessee s'engage en 1917 dans l'armée américaine au 328ème régiment d'infanterie, 82ème division
(ALL American).
Le 8 octobre 1918, dans la forêt d'Argonne, il capture à lui seul un bataillon de mitrailleurs allemands qui tenaient une position fortifiée. À cette occasion, il tue 25 soldats ennemis et fait 132 prisonniers. Ce fait d'armes exceptionnel lui vaut ses galons de sergent et de se voir décerner la Distinguished Service Cross, qui sera remplacée par la médaille d'honneur du Congrès plus tard, la croix de guerre française, également remplacée, mais par la légion d'honneur, et la croix de guerre d'Italie et du Monténégro.
Exploit d'autant plus remarquable pour un homme qui n'avait endossé l'uniforme qu'à contrecoeur, puisqu'il était à l'origine objecteur de conscience. Le 22 mai 1919, des milliers de New-Yorkais envahissent la Cinquième Avenue afin de célébrer le retour au pays du héros.
Une stèle rappelle ce fait d'armes dans la commune de CHATEL-CHÉHÉRY (Ardennes).

par Caius
 
Publicité


(Cacao Lacté - 1903)

Le service Pub
Chemin des dames
16 Avril 1917
Entre 1914 et 1918, ce sont sans doute plus de 500 régiments français, allemands, mais aussi britanniques, américains et italiens qui ont combattu au Chemin des Dames.
Avec Verdun, l'Argonne, la Somme et Ypres, le Chemin des Dames est l'un des grands champs de bataille de la guerre de 1914-1918.
   
Son nom est surtout associé à l'offensive française du printemps 1917, mais il y a eu d'autres batailles du Chemin des Dames.
Quatre ans durant, dès les premières semaines de la guerre et jusqu'aux derniers jours du conflit, des hommes sont tombés, par dizaines de milliers, sur les flancs ou sur les crêtes du fameux plateau qui domine la vallée de l'Aisne au sud et la vallée de l'Ailette au nord.

Offensive du 16 Avril 1917 :
A la tête des armées françaises depuis le début de la guerre, le général Joffre est remplacé le 13 décembre 1916 par Robert Nivelle.
Reprenant en partie le plan de Joffre, Nivelle promet d’opérer une percée décisive sur le Chemin des Dames « en 24 ou 48 heures ».

Plusieurs fois reportée, notamment suite au repli stratégique allemand sur la ligne Hindenburg (ou Siegfried), et même remise en cause (le 6 avril, Nivelle propose sa démission qui est refusée), l’offensive est finalement fixée au 16 avril à 6 heures du matin.
 
Plus d’un million d’hommes ont été rassemblés sur un front de 40 km entre Soissons et Reims : placée en réserve, la Xe armée est chargée d’exploiter les succès des Ve et VIe armées qui doivent rompre le front.
Pour la première fois du côté français, des chars d’assaut doivent être engagés.
  
Une longue et intense préparation d’artillerie qui commence le 2 avril, compromet tout effet de surprise et surtout, ne détruit que très partiellement les défenses allemandes.
Le 16 avril, quand les premières vagues s’élancent à l’assaut du plateau du Chemin des Dames, elles se heurtent à des barbelés souvent intacts et elles sont fauchées par le feu des mitrailleuses allemandes.
Le mauvais temps (pluie, neige et froid) n’est pas sans conséquences, en particulier dans les bataillons de tirailleurs sénégalais, des troupes en fait recrutées dans toute l’Afrique occidentale française, de Cotonou à Bamako et d’Abidjan à Tombouctou.
   
Dès les premières heures, l’offensive apparaît comme un échec sanglant.
Or, malgré des pertes particulièrement élevées (30 000 tués et 100 000 blessés en 10 jours du 16 au 25 avril) et en dépit de ses promesses, Nivelle s’obstine au-delà des « 24 ou 48 heures » annoncées…
En un mois, il y aura 270 000 victimes.
Avec cet échec dramatique, la désillusion est immense chez les poilus. Ils ne supportent plus les sacrifices inutiles et les mensonges de l'état-major. Des centaines de mutineries éclatent çà et là.
Le général Nivelle est limogé dès le 29 avril et remplacé par le général Pétain, auréolé par ses succès à Verdun.
Par Caius & Le Memorial du Chemin des Dames
Bataille du Jutland
31 mai 1916
Mer du Nord (nord-ouest du Danemark)
Le 31 mai 1916, au large de la côte du Jutland et à l’ouvert du détroit du Skagerrak, les flottes de haute mer allemandes et britanniques se trouvaient face à face et livraient ce qui peut être considéré comme la plus grande bataille navale du XXème siècle.
  
La bataille du Jütland est la plus grande bataille navale de la Première Guerre mondiale et certainement l'une des plus complexes de l'Histoire. Les amiraux allemands Hipper et Scheer ont fait prendre la mer à leur immense flotte dans le but de briser le blocus anglais. Pour ce faire, ils voulaient anéantir la Home Fleet (Amiral Beatty), basée à Rosyth (Écosse), avant que la Grand Fleet (amiral Jellicoe) ne puisse intervenir. Si Hipper a réussi à attirer la Home Fleet vers le piège tendu, Scheer et lui ont été incapables d'appliquer le plan initial. L'arrivée de Jellicoe a forcé la flotte allemande à se replier sur le port de Wilhelshaven.

Plus de 250 navires de toutes sortes ont participé à cette bataille. La Royal Navy est victorieuse, certes, mais elle a payé un lourd tribut; elle a perdu trois croiseurs de bataille, trois croiseurs-cuirassés, huit destroyers et 6 000 hommes. Les Allemands y ont laissé un croiseur de bataille, cinq croiseurs, et cinq destroyers et 2 500 hommes. La flotte impériale allemande a été par la suite confinée à ses ports et n'a plus jamais fait de sortie en force.
 
Par Caius

 

 
                                                         Citation haut de page : Charles Dickens
                                    
Fond sonore : Lawrence d'Arabie